» » » L’euro du vin … suite et fin (2/2)

L’euro du vin … suite et fin (2/2)

Publié dans : News, Vins | 0

Après les bons débuts de notre équipe de France, continuons à découvrir les spécificités vin des 3 derniers groupes de l’EURO !

Groupe D

L’Espagne : 1er vignoble au monde par sa surface !

Spanischer Wein

La viticulture a été introduite en Espagne dans le sud, par les Phéniciens, et sur les côtes orientales par les Grecs venant de Massalia. La colonisation romaine a structuré le vignoble actuel. En 2010, le vignoble espagnol a une superficie de 1 102 100 hectares, dont 959 000 hectares utilisés pour produire du vin, ce qui en fait le premier au monde par sa surface. En 2014, la consommation totale de vin s’est élevée à 1.000 millions de litres, soit 21,4 litres par habitant et 4,16% de la consommation mondiale. Le pays était le 9ème marché mondial pour la consommation de vin en 2014, mais les ventes de vin tendent à diminuer régulièrement dans ce pays, avec -23,7% par rapport aux volumes consommés en 2006. Les jeunes générations se tournent davantage vers la bière et les alcools forts, au détriment du vin.

La République Tchèque : une consommation « jeune » !

L’histoire de la viticulture en République tchèque remonte à l’histoire romaine. Son vignoble a connu son apogée au 16e siècle et son périgée dans la première moitié du 20e siècle. La République Tchèque n’est pas encore un grand consommateur de vin, mais sa consommation par habitant ne cesse de s’accroître. En 2014, la consommation totale aura été de 200,3 millions de litres, soit 19,68 litres par habitants. Les nouveaux consommateurs tchèques sont jeunes et possèdent un pouvoir d’achat élevé.

La Turquie : 4ème mondial pour la viticulture mais sans vin !

D’origine antique, la culture de la vigne en Turquie a subi depuis la fin du Moyen-Âge plusieurs bouleversements principalement liés à trois évènements de l’histoire du pays : la conquête de l’Empire Byzantin par les Turcs, l’invasion du phylloxéra et la guerre d’indépendance de 1920-1922. Aujourd’hui, la Turquie se place au 4ème rang mondial pour la production de vins. Elle produit principalement du raisin de table (97%). Les meilleurs crus sont situés au centre et au sud-est de l’Anatolie. Bien que très éparpillée à travers le pays (entre Thrace, Mer Egée, Mer Noire, Anatolie, Cappadoce) et entre une multitude de petits exploitants, cette production de vin tend à se concentrer dans les mains d’un petit groupe de « wineries », qui dessinent petit à petit le visage moderne de la Turquie viti-vinicole.

La Croatie : sauveur des vignobles français et européens !

cave (1)

La culture de la vigne en Croatie remonte aussi loin que l’on sache aux premiers habitants installés sur ces terres. On sait la place qu’occupait le vin dans les vie des Grecs qui ont fondé de nombreuses villes sur la côte et les îles, et des Romains qui durant l’Antiquité se sont installés sur une grande partie de l’actuel territoire croate. Dans la première moitié du 20e siècle alors que la philloxera touche une grande partie des vignobles d’Europe dont ceux de France, la Croatie échappe pendant un moment a cette invasion et ses vignes permettent de régénérer les vignobles anéantis par cette maladie.

Groupe E

La Belgique : petit producteur mais fins connaisseurs !

La Belgique est surtout connue pour sa production de bières, mais depuis une vingtaine d’années, elle compte de plus en plus de viticulteurs talentueux. Un vignoble de niche (150 hectares), mais capable de satisfaire les amateurs de vins. La production de vin en Belgique est très faible avec seulement 280.000 litres en 2014. Le pays repose donc sur ses importations. Bien que globalement qualifiable de marché mûr d’ultra-connaisseurs, le marché belge est divisé entre le nord néerlandophone et le sud francophone. La consommation de vin par habitant était de 24,32 litres en 2014, soit 1,1% de la consommation mondiale. Les vins tranquilles sont les plus consommés, en particulier les vins rouges.

L’Italie : le pays aux multiples cépages !

Etrusques, Grecs et Romains de la péninsule ont apporté, au fil des millénaires, leur pierre à l’édification du vignoble transalpin. Objet de culte avec Bacchus, puis objet de commerce et de prospérité, le vin fait partie intégrante de la culture italienne.  L’une des spécificités du vignoble italien est le nombre de cépages cultivés. Du nebbiolo au sangiovese, en passant par le moscato et le cortese, ils sont des centaines ainsi référencés et sont les premiers artisans de la typicité des vins italiens. Ils sont classés en quatre catégories, depuis les vins de table jusqu’aux prestigieuses DOCG, l’équivalent de nos appellations d’origine contrôlées.

L’Irlande : du raisin au pays du houblon !

images (1)

L’Irlande ne produit pas de vin. C’est un pays essentiellement consommateur. La consommation de vin par habitant est assez conséquente et n’a cessé de se développer jusqu’en 2013, pour atteindre 16,6 litres par habitant sur l’année 2014 contre 6,1 litres en 1995. Les vins des régions classiques (France, Espagne et Italie) regagnent des parts de marché à l’heure où ceux du Nouveau Monde n’arrivent pas à se réinventer. Malgré cette dynamique positive, les vins du Nouveau Monde dominent toujours nettement le marché : 42,1% du volume total des ventes de vins en 2014 provenaient du Chili et d’Australie tandis que les vins français atteignaient 14,5% cette même année.

La Suède : Zlatavin !

Le pays importe la totalité de son vin. Il aura  acheté 155,67 millions de litres de vin sur l’année calendaire 2014. Le consommateur suédois aime expérimenter et découvrir. Il est ouvert aux vins du monde entier. La France était, en 2014, le second fournisseur de vin. Il faut noter que depuis quelques années les pays européens traditionnels ont perdu du terrain au profit des vins du « Nouveau Monde » proposant un meilleur rapport qualité-prix. Cette tendance n’est pourtant pas assurée de perdurer, puisque de nombreux experts dénotent un changement de consommation des Suédois, de plus en plus enclins à revenir vers des vins de « l’Ancien Monde« , dont la valeur qualitative est plus grande.

Groupe F

Le Portugal : Le porto mais pas que !

 

La viticulture au Portugal a été introduite au cours de l’Antiquité par les marchands phéniciens, carthaginois, grecs et romains. Ses différents terroirs, dans leurs traditions viti-vinicoles et leur encépagement, reflètent ces influences. Sans oublier l’importance qu’a eu sur l’élaboration des vins du Portugal, dès le Moyen Âge, le négoce avec l’Angleterre en particulier pour le porto puis le madère. Le Portugal est à la fois un pays consommateur et un pays producteur de vin. Les Portugais sont de grands amateurs de vin : il s’agit du 3ème pays au monde par sa consommation par habitant et par an.

L’Islande : du vin brulé

Le Brennivín (littéralement « vin brûlé » en islandais, nom générique pour les alcools forts), est une boisson alcoolisée islandaise, plus précisément une eau-de-vie de pomme de terre aromatisée au carvi (appelé « cumin des prés), titrant 37,5 % vol. d’alcool.

Les Islandais surnomment le Brennivín « svarti dauði », ce qui signifie « mort noire ».

L’Autriche : comme leur maillot, blanc et rouge …

L’Autriche est un petit producteur de vin à l’échelle internationale, mais qui mise tout sur la qualité. L’Autriche est considérée comme une région viticole traditionnelle avec des cépages régionaux comptant parmi les éléments patrimoniaux les plus distingués. Côté vins, le pays est une véritable caverne d’Ali Baba ! Du blanc sec et léger au rouge corsé et gouleyant, sans oublier les grands crus liquoreux et les vins effervescents ou mousseux de type Sekt ou frizzante, tous affichent une qualité qui force le respect ou à tout le moins l’enthousiasme !


La Hongrie : Tokaji mais pas que !

La viticulture en Hongrie date de l’Antiquité. Ce sont les Romains qui ont apporté la consommation de vin sur le territoire de l’actuelle Hongrie, incitant les Celtes à cultiver la vigne. La Hongrie est surtout connue pour son célèbre vin, le Tokaji. Ce vin blanc liquoreux efface par son prestige international les autres productions. Cependant, il y en a bien d’autres à découvrir : Kunság, Csongrád et Hajós-Baja, Eger, Villány et Szekszárd.

On espère que vous en aurez appris davantage sur les spécificités vin de ces pays !

Bons matches 🙂

L’équipe GOOT 

Répondre